_Qualité des traductions

Les traductions sont de qualité inégale. Dans la plupart des cas, elles ont été réalisées bénévolement.
Souvent, faute de volontaires, il n’y a pas de relecture ou sans compétences techniques, la mise en page est minimale.
Il est préférable d’avoir une traduction imparfaite que rien.

Si vous êtes volontaire pour corriger ou améliorer, les fichiers modifiables disponibles peuvent être transmis pour correction. Il faut alors se manifester sur STRATEGIKON :
http://www.strategikon.info/phpBB3/viewforum.php?f=24

——–

Quelques conseils : se conformer autant que possible à la mise en page du livret original.
La traduction des aides de jeu est fort utile.
Ne pas oublier d’ajouter votre nom à la fin tout gardant le nom des autres contributeurs.
Fournir un document final en PDF.

Quelques outils gratuits : « Libreoffice » offre quasiment les mêmes fonctionnalités que Word.  Il permet une mise en page soignée et de générer un PDF.
« PDF Xchange Editor » peut convertir un PDF en pages séparées au format image.

Traducteurs automatiques : il existe des traducteurs en ligne qui proposent des traductions assez correctes mais qui doivent être relues et corrigées.
https://www.deepl.com/translator
https://translate.google.com

Pièges de la traduction :
– les »faux amis »,
– les mots qui deviennent des homonymes en français et peuvent être ambigus (par exemple « card » devient « carte », la carte à jouer dans ce cas, pas le plateau de jeu !),
– les notions « any, each,... » qui ne sont pas faciles à traduire en français (la notion d’exclusivité, un seul, chaque, tous,…).

————————–

Travail en équipe :

Si vous souhaitez faire une traduction à plusieurs personnes ;

– désigner un collecteur ou « chef » de projet qui harmonise et répartit le travail
– établir une liste des chapitres à traduire et chacun indique les chapitres qu’il veut traduire
– se mettre d’accord dès le début sur certains termes, traduits ou non, afin qu’ils soient utilisés par tous dans les même circonstances. Le texte restera cohérent et homogène.  Par exemple : map –> carte? plateau?…
En cas de doute,  les mettre entre parenthèses, guillemets ou italiques. Les terme peuvent être traduits ultérieurement.
– utiliser les mêmes outils ou des outils compatibles entre eux
– essayer de tenir un calendrier assez court pour éviter une dilution de la motivation de chacun. Les traducteurs doivent choisir un chapitre qu’il peuvent faire en une semaine maximum. Pour information, il faut 1 heure pour 1 page maximum (page type ASL/World in flammes)
– le collecteur des chapitres traduits insère les images , encarts et met en page. Les traducteurs se concentrent sur la traduction même et le collecteur sur l’aspect final, cela donnera une meilleure uniformisation de la traduction. Ce travail est assez long et il ne faut pas le sous-estimer.
– le collecteur doit , si possible relire les chapitres reçus, ce qui évite une relecture qui dans la plupart des cas ne sera pas faite ultérieurement.